Un brasier s’est éteint

R.I.P Chester Bennington

 

Nobody could save him

 

Peut-être que vous n’étiez pas particulièrement un fan de rock ou de metal. Il est probable que ces genres musicaux vous évoquent des grilles d’accords barbares et des chanteurs aux cheveux longs hurlant dans leurs micros. Oui, d’un côté, il a un peu de tout ça dans le metal. Mais faut-il nécessairement s’arrêter à ce stade ?

Dans les sous-genres de ce style musical, il y a le nu-metal (mêlant souvent metal et rap, avec des sons plus graves et plus violents), que le groupe emblématique Linkin Park a fait monter dans les hautes sphères. Dès lors, ce fut comme une révolution pour beaucoup de jeunes à la recherche d’une identité musicale qui leur convenait dans le début des années 2000. Le metal tel que porté par Linkin Park leur permettait de se démarquer sans tomber tout de suite dans les stéréotypes. Certes, la musique de leurs premiers albums est assez violente : il n’y a qu’à écouter One Step Closer (Hybrid Theory, 2000) pour comprendre. Mais cette dernière intriguait, car elle parlait aux gens d’une certaine manière.

C’est surtout Chester Bennigton, défunt chanteur de Linkin Park, grâce à sa voix inoubliable et ses paroles criantes de vérité qui ont su séduire un public avide de nouveauté, mais qui souhaitait en même temps se reconnaître dans les propos du groupe. Malheureusement, le chanteur icône nous a quitté le 20 juillet dernier, laissant derrière lui des millions d’admirateurs en deuil, ainsi qu’un héritage musical qui est fait pour rester.

 

Somewhere he belonged

 

Quoi qu’on en dise, Chester Bennington a laissé bien plus qu’un simple groupe de metal derrière lui. Il représentait un renouveau musical exceptionnel avec son groupe, n’hésitant pas à expérimenter au risque de déplaire. Par exemple, l’album A Thousand Suns (2010) a marqué une rupture profonde avec le Linkin Park auquel les fans étaient habitués, soit les artistes derrière les albums phares du nu-metal : Hybrid Theory (2000) et Meteora (2003). Ils n’avaient aucunes limites. Ils avaient le goût du risque, dans une certaine mesure, n’hésitant pas à mêler le metal avec la musique électronique, ou même le rap.

Dans ce style musical unique, il est important de souligner l’importance des paroles, qui étaient directes, percutantes. Elles pouvaient parler à tout le monde. Chester Bennington faisait résonner ces mots du fond de son cœur, comme s’il cherchait ainsi à exorciser ses démons. Son propre vécu était sa principale source d’inspiration pour la création de ses paroles. Il se libérait dans le micro.

Il faut dire qu’il n’a pas eu la vie facile, puisqu’il fut abusé sexuellement durant sa jeune enfance. Ensuite, le divorce de ses parents l’a fait sombrer dans la drogue. Il a d’ailleurs eu des problèmes de dépendance tout au long de sa vie. Son combat transparaissait dans sa musique.

 

In the end, it really matters

 

Peut-être que vous n’avez jamais entendu parler de Linkin Park avant le 20 juillet dernier, peut-être sinon que vous les avez écoutés durant votre adolescence, ou alors, que vous attendiez avec impatience le 10 août, date où le groupe devait se produire à Montréal. Dans tous les cas, vous avez dû entendre parler du suicide du chanteur, et il est probable que cela ne vous ait pas laissé indifférent.

Beaucoup ont exprimé leur ressenti sur les réseaux sociaux lorsqu’ils ont appris la triste nouvelle. Que ce soit des fans anonymes, ou des célébrités de tous les horizons, telles que Pharrell, Rihanna, Billie Joe Amstrong, Hayley Williams (du groupe Paramore), une multitude de personnes ont rendu hommage au leader du groupe. Chester était bien plus qu’un chanteur, il a influencé tout une génération, et a fait vibrer des millions de cœurs au son de ses rythmes effrénés.

Bien entendu, ceux qui furent les plus bouleversés par l’évènement ne sont nuls autres que les membres de Linkin Park. Quelques jours après le décès de leur collègue, ils ont publié une lettre d’adieu sur leur site internet, dans laquelle l’émotion était palpable. Ils ont également créé un site internet lui rendant hommage, #RIPCHESTER, ayant pour objet la prévention du suicide. Par ailleurs, ils ont annulé leur tournée One More Light, qui devait faire la promotion de l’album du même nom, sorti en mai dernier. Le sort du groupe n’est pas encore scellé, mais on peut penser qu’il sera difficile de survivre à une telle épreuve.

Il est évident que l’industrie musicale a perdu une perle rare, vu le choc impressionnant qu’y a provoqué le suicide de Chester Bennington. Mais il est certain que lui et Linkin Park resteront immortels dans le cœur de ses fans, encore dans l’incompréhension. Il a marqué bien plus de personnes qu’il n’aurait jamais pu l’imaginer. À un tel point que l’absence d’une quelconque lettre de suicide passe à la trappe, puisqu’on l’écoutait depuis le début.

 

If they say

Who cares if one more light goes out?

In the sky of a million stars

It flickers, flickers

Who cares when someone’s time runs out?

If a moment is all we are

Or quicker, quicker

Who cares if one more light goes out?

Well I do

– One More Light (2017)


COMMENTS ARE OFF THIS POST